Pourquoi les manchots n’ont pas froid aux pieds, et 111 autres questions stupides et passionnantes

manchot1

Pourquoi les manchots n’ont pas froid aux pieds, et 111 autres questions stupides et passionnantes fut à l’époque de sa sortie, et encore aujourd’hui, un best-seller de librairie particulièrement aimé des libraires, puisqu’il cumulait les deux avantages d’être extrêmement bien fait et intelligent ET de se vendre comme des petits pains, ce qui est rare. Édité par le Seuil dans la collection Science Ouverte, qui depuis a connu bien des petits frères tout aussi passionnants, ce livre se veut être un manuel très pratique permettant de répondre à des questions très concrètes que ls enfants posent souvent et que les adultes, eux, n’osent pas formuler. Une bonne occasion donc d’apprendre en s’amusant et de découvrir un stock conséquent de savoir curieux, pas toujours utile, mais toujours passionnant.

La table des matières se décompose en plusieurs sous-sections: le corps humain, les maladies, les plantes et les animaux, boire et manger, la science domestique, la planète et l’univers, la météorologie, les transports et … un best-of des inclassables. Florilège.

 Comment font les moucherons pour voler sous la pluie sans être assommés par les gouttes?

Une goutte de pluie engendre une onde de pression sur sa face avant. Cette onde repousse le moucheron qui s’écarte ainsi de la goutte. Les tapettes à mouches sont munies de trous afin de réduire au minimum cette onde de pression, faute de quoi les mouches s’échapperaient à tous les coups.

Alan Lee

Avouez-le, ça vous la coupe, hein? Et ce n’est pas fini. En cela, Pourquoi les manchots n’ont pas froid aux pieds, et 111 autres questions stupides et passionnantes est un parfait livre de toilettes.

Pourquoi les oiseaux ne tombent-ils pas quand ils dorment?

Les pattes des oiseaux sont munies d’un dispositif spécial. le tendon fléchisseur du muscle de la cuisse passe devant le genou, autour de la cheville et s’attache sous les phalanges. Il assure qu’au repos, le poids du corps de l’oiseau provoque la flexion du genou, l’extension du tendon et la fermeture des griffes. Cela marche si bien que l’on a retrouvé des oiseaux accrochés à leur branche longtemps après leur mort.

Anne Bruce

Comment éviter de pleurer quand on coupe un oignon? 

On trouve dans l’ail et l’oignon des dérivés souffrés contenant des acides aminés. Ils donnent à l’oignon son goût délicieux mais quand on le coupe, un des composés, le S-1-propenyl-cystéine-sulfoxyde, est cassé par une enzyme pour donner du propenthial S-oxyde, qui est volatile et irritant. C’est lui qui fait pleurer.

Pour réduite l’effet lacrymal des oignons, plusieurs solutions: respirer par la bouche (la substance est aspirée vers les poumons plutôt que dirigée vers les yeux), placer sous sa lèvre supérieure une tranche de citron (on a l’air bête mais on ne pleure pas), mettre un morceau de sucre entre les dents (la substance est absorbée par capillarité), ou un morceau de pain (méthode tanzanienne).

Si on se trouve dans un ascenseur en chute libre, peut-on éviter la mort en sautant au dernier moment avant l’écrasement?

Outre le fait qu’il est pratiquement impossible pour un ascenseur de tomber en chute libre (Elisha Otis a, au XIXème siècle, déposé le brevet d’un frein se déclenchant automatiquement dès que l’accélération dépasse un certain seuil),  […] sauter au dernier moment ne fera que différer l’impact de quelques millisecondes. En outre, quand saurez-vous à quel moment sauter? Si vous sautez trop tôt, vous vous heurterez la tête au plafond avant de vous écraser au sol quand la cabine touchera le fond de son puits.

Même si vous saviez exactement quand sauter, il faudrait que vous exerciez la force nécessaire pour sauter jusqu’à l’étage dont est parti l’ascenseur: si l’ascenseur tombe de 10 mètres, seul un individu capable de sauter à 10m de hauteur pourra s’en sortir. Mais si c’est le cas, à quoi bon utiliser un ascenseur?

Keith Walters

On le voit, les réponses sont toujours teintées d’un certain humour. Et pour cause, elles sont délivrées par des lecteurs de la revue New Scientist (on a donc quelquefois l’explication des enfants, ce qui ne manque jamais d’être cocasse). Pour ce qui est de la version française, elle est bien entendu trouvable un peu partout et fait partie de ces livres que votre libraire connait par coeur, avant même que vous ayez fini de lui dire le titre.

❤️

Si Page42 ne comporte aucune publicité et continue d’être régulièrement mis à jour, c’est grâce à la générosité de ses soutiens. Vous pouvez soutenir Page42, de façon ponctuelle ou mensuelle, via Tipeee, LiberaPay et PayPal. Toutes les contributions, même les plus modestes, sont les bienvenues.

 Vous pouvez également soutenir Page42 en partageant cet article sur vos réseaux sociaux.

Page42 propose un récapitulatif hebdomadaire des meilleurs articles du blog. Inscrivez-vous pour le recevoir. Pas de pub, pas de spam. Promis.

Retrouvez votre âme d’enfant avec les expériences de science amusante de Tom Tit

 

300px-JournalIllustrationL’Illustration est un journal légendaire, et peut-être certains d’entre vous en possèdent-ils encore quelques exemplaires cachés au fond d’un grenier ou bien à l’abri dans une reliure. Cet hebdomadaire, qui a été publié de 1843 à 1944, a fait beaucoup pour la presse en étant, par exemple, le premier à exposer une photographie dans ses colonnes, ou en offrant au public des feuilletons célèbres: ainsi, le Mystère de la Chambre jaune de Gaston Leroux y fut publié pour la première fois.

On trouvait beaucoup de choses dans l’Illustration, et notamment… des tours de magie. Ou plutôt, comme on les appelait à l’époque, des expériences de science amusante, destiné à ravir les convives d’un dîner ou à distraire les enfants. Ainsi, l’auteur Tom Tit (pseudonyme pour Arthur Good) a, entre 1890 et 1894, décrit pas moins de 300 expériences scientifiques spectaculaires, réunies en recueil par la librairie Larousse.

tomtit1

Ce sont ces recueils que Larousse a décidé de republier en 2005 dans un coffret vintage toilé très début de siècle, reproduisant à l’identique la maquette de l’original.

tomtit4

 

Nous avons pour vous sélectionné deux petits « tours » qui vous permettront de surprendre vos amis à la fin d’un repas. Soyez attentifs. Tout d’abord, le “moteur stéarique”.

tomtit3

 

C’est un nouveau moteur que je viens vous présenter ici; il ne fonctionne ni à la vapeur, ni à l’électricité, ni à l’air comprimé […] Vous croyez que je plaisante? Prenez une bougie, et faites vous-même l’expérience.

 

Piquez, perpendiculairement à la mèche, de part et d’autre de la bougie et en son milieu, les têtes de deux épingles préalablement chauffées: ces deux épingles constituent l’axe de notre moteur, et vous poserez leur extrémité sur le bord de deux verres.

Tout le monde suit? Bien. On continue.

Si vous allumez les deux bouts de la bougies, ils brûlent, je vous laisse deviner avec quel entrain, et une goutte de stéarine tombe dans l’une des assiettes placées au-dessous pour la recevoir. L’équilibre de notre fléau de balance est rompu, et l’autre bout de la bougie descend […] mais ce mouvement d’oscillation fait tomber plusieurs gouttes du bout qui vient de descendre, et qui devient à son tour plus léger; il remonte donc tandis que l’autre descend…

C’est donc un joli mouvement de balancier auquel vous assisterez, qui ne fera qu’accélérer à mesure que le mouvement prend de l’ampleur. Pour l’avoir réalisé moi-même, je confirme qu’il est assez spectaculaire: un chouette spectacle pyrotechnique de fin de repas!

Le deuxième tour est tout aussi — voire davantage même — spectaculaire. Il s’appelle “Les allumettes gourmandes”.

tomtit2

Pour cette expérience, munissez-vous d’une assiette creuse remplie d’eau, de quelques allumettes (fonctionne aussi avec des grains de poivre saupoudrés à la surface de l’eau) et un morceau de savon (ça fonctionne aussi assez spectaculairement si on trempe le bout de son doigt dans du liquide vaisselle). 

Lorsqu’on appelle les enfants pour les laver, beaucoup d’entre eux ne manifestent aucun enthousiasme ; quelques uns même s’enfuient ou se cachent à la vue du savon et de la cuvette. Mais, si vous leur présentez un morceau de sucre, vous les voyez tous accourir avec empressement.

[…]

Il vous est facile de les convaincre en mettant quelques allumettes sur l’eau contenue dans la cuvette. Disposez-les en étoile, et au centre de cette étoile, enfoncez dans l’eau un petit morceau de savon taillé en pointe. Aussitôt, voilà toutes vos allumettes parties, comme si le savon leur faisait horreur.

Comment faire pour ramener les allumettes à leur point de départ, me direz-vous? Allez, je vous le révèle. Sympa, hein! Comme disent nos amis à la télévision, c’est pas sorcier.

Présentez-leur un morceau de sucre, que vous tremperez dans l’eau, et vous verrez toutes vos allumettes se précipiter dessus rapidement.

tomtit5Le coffret Tom Tit est encore trouvable chez certains libraires en ligne. Il contient en tout et pour tout 300 expériences de science amusante. Enfin, je dis ça, certaines sont un peu moins amusantes que d’autres… Il faut se replacer dans le contexte de l’époque, où il était difficile d’aller chercher une explication sur Google ou Wikipédia. Mais une fois que vous en aurez mémorisés deux ou trois, vous deviendrez ce type à qui, lors des repas de famille, on demande un tour de magie. La classe, non? … Non? … Hein?