Comment écrire un roman en 3 jours ?

Longtemps, j’ai cru qu’il existait des formules pour écrire une bonne histoire, tout ça sans doute à cause de mes cours de scénario quand j’étais étudiant et du monomythe de Joseph Campbell (est-ce un hasard s’il s’appelle comme une célèbre marque de soupe en boîte ?). J’ai pris du recul avec tout ça, mais bien que je n’applique presque jamais les règles d’écriture des autres, je reste fasciné par leur lecture : c’est comme s’il y avait une formule mathématique, non-soumise aux prosaïques règles du temps de l’espace des hommes, figée dans le monde des Idées de Platon, pour fabriquer un récit qui fonctionnera à tous les coups sur l’ensemble des lecteurs.

Dans la réalité, les choses sont un peu plus compliquées. Les recettes ne fonctionnent pas à tous les coups, et quand les conseils sont bons, ils sont parfois mal appliqués, compris de travers, pas maîtrisés. Je pense qu’il n’existe aucun Méthode pour rédiger une bonne histoire : en revanche, il existe une flopée de méthodeS dans lesquelles nous pouvons, en tant qu’auteurs, faire notre petit shopping. À travers cette exploration des trucs d’écriture de nos pairs, nous bâtissons notre propre structure, notre propre squelette, que nous assemblons patiemment au fil des années pour finalement obtenir un modèle qui fonctionne pour nous. De ce modèle, certains s’inspireront peut-être et donneront naissance à de nouveaux modèles. Il y a autant de modèles que d’auteurs. Continuer la lecture de « Comment écrire un roman en 3 jours ? »

Le conseil de John Green aux aspirants auteurs

John Green est, entre autres choses, l’auteur du livre Nos étoiles contraires, qui l’a récemment fait passer du statut d’auteur reconnu dans le milieu du roman Young Adults à celui de star internationale et multi-traduite. Pourtant (pourquoi me sens-je obligé d’ajouter pourtant ?), le garçon est sympathique et garde les pieds sur terre.

Dans une vidéo postée à l’occasion de son 32ème anniversaire, John Green remercie tout le monde pour les formidables cadeaux et témoignages d’affection qu’il a reçus (en passant, j’ai 33 ans le 22/10, clin d’oeil appuyé). Mieux, puisqu’on lui pose souvent la question, il en profite pour dispenser un petit conseil aux auteurs en devenir. Je n’aurais pas pu mieux dire puisque c’est exactement la façon dont j’envisage ce métier, et comme je ne peux pas mieux dire, je le laisse causer : Continuer la lecture de « Le conseil de John Green aux aspirants auteurs »

Réduction du domaine de la plume

 

Un vent se lève sur le monde de la création. Pire, il ne faiblit pas, et au contraire même : il gagne chaque jour en intensité. Les moyens de diffusion numérique permettent désormais à un nombre croissant d’auteurs, de musiciens, de cinéastes, de partager leur travaux sans aucun autre intermédiaire que l’écran lui-même. L’auto-édition, cantonnée jusqu’ici au Purgatoire de la Littérature, se forge ses lettres de noblesse en produisant de beaux succès artistiques, et quelquefois même commerciaux. Des manuscrits oubliés sortent des tiroirs et se retrouvent sur le net, et qu’ils soient lus ou pas n’est pas le problème : ils se mettent soudain à exister, à être au monde.  Continuer la lecture de « Réduction du domaine de la plume »