Collaborer ou mourir : « La servante écarlate », par Margaret Atwood

La servante écarlateThe Handmaid’s Tale dans son titre original – est une dystopie : un futur possible, bien que loin d’être souhaitable. Dans les dystopies, l’histoire démarre en général après qu’une catastrophe naturelle ou un conflit dévastateur ait modifié le monde tel que nous le connaissions pour le laisser à genoux. C’est alors seulement que le pire arrive.

Mais Margaret Atwood ne s’attarde pas sur les raisons du déclin : elle y plonge immédiatement le lecteur, comme en immersion, à travers le témoignage clandestin de son personnage, Defred. Celle-ci, aux prises avec des forces qui la contraignent à l’obéissance, nous livre un témoignage étouffant de la vie quotidienne dans ce monde d’après. Continuer la lecture de « Collaborer ou mourir : « La servante écarlate », par Margaret Atwood »

Le jour d’après : vers un monde sans internet

Je ne voudrais pas souffler trop tôt dans les cornes de brume, mais force est de constater qu’on se dirige main dans la main et la fleur au fusil vers un internet qui ne m’enchante pas (et avec moi beaucoup d’entre vous). Entre les négociations secrètes du traité transatlantique, les fermetures des annuaires de torrents, la répression déguisée et la surveillance généralisée au nom de la lutte anti-terroriste, les partisans d’un internet neutre, libre et sans entraves ne sont pas gâtés en ce moment : il faut dire que des lobbys plus ou moins bien intentionnés œuvrent à ce qu’un policier (de la pensée, du ministère de l’économie, du copyright, etc) se poste derrière chaque internaute pour vérifier qu’il se comporte de la manière qu’ils estiment adéquate. Continuer la lecture de « Le jour d’après : vers un monde sans internet »