Librairies et auto-édition : des passerelles à créer ?

Au fil d’une discussion Twitter — on parlait, entre autres sujets, de l’édition —, je tombe sur cette réponse qui me fait réfléchir.

@Melissandre_L :  pour avoir testé l’édition tradi, je veux bien le croire : 5% du prix d’un exemplaire et devoir me taper mon boulot de comm, je trouvais ça un peu dur quand même, même si c’était chouette d’être en rayon à la FNAC…

 Rien de plus vrai, de plus simple, de plus tragique en somme : cette auteure a raison et a résumé tout le problème de l’édition traditionnelle qui, si elle continue d’un côté à produire de magnifiques ouvrages et à entretenir de belles relations avec les créations, est aussi par d’autres côtés devenu une broyeuse monstrueuse qui s’emberlificote les pieds dans ses propres démons, notamment celui de la surproduction — qui ne laisse le temps ni aux libraires ni aux auteurs de faire leur travail — et de la rentabilité maximale (titres calibrés, marges resserrées, rémunération des auteurs en berne).  Continuer la lecture de « Librairies et auto-édition : des passerelles à créer ? »