Le Projet Bradbury

Le Projet Bradbury tient à la fois du défi personnel et de l’hommage.

D’abord défi pour moi, puisqu’il s’agit d’écrire et de publier 52 histoires en un an, soit une par semaine. Partant du principe qu’un art s’exerce au même titre qu’un sport ou un métier, je puiserai dans mon imagination pour vous faire vivre les aventures de mes personnages et dans mes ressources pour tenir la cadence. Le but n’est bien évidemment pas d’effectuer une démonstration de force — d’autres auteurs écrivent bien plus — mais de partager une expérience tout au long du chemin.

Mais le Projet Bradbury est aussi un hommage au grand écrivain américain Ray Bradbury, décédé l’an dernier à l’aube de ses 92 ans et dont je suis un inconditionnel invétéré. L’Histoire retiendra certains de ses plus brillants textes comme Fahrenheit 451 ou les Chroniques Martiennes, mais aussi ses nombreuses nouvelles — plusieurs centaines — nimbées de mélancolie, d’étrange et de merveilleux. Bradbury était aussi, pour un grand nombre d’auteurs, un véritable maître à penser : toute sa vie, l’écrivain n’aura eu de cesse de partager ses secrets de création au plus grand nombre. Et c’est à cause ou plutôt grâce à lui que l’idée même de ce projet littéraire est née. Lors d’une conférence donnée en 2001, l’auteur avait donné ce sage conseil :

“Écrire un roman, c’est compliqué: vous pouvez passer un an, peut-être plus, sur quelque chose qui au final, sera raté. Écrivez des histoires courtes, une par semaine. Ainsi vous apprendrez votre métier d’écrivain. Au bout d’un an, vous aurez la joie d’avoir accompli quelque chose: vous aurez entre les mains 52 histoires courtes. Et je vous mets au défi d’en écrire 52 mauvaises. C’est impossible.”

L’intégralité de la conférence en question

J’ai donc décidé de prendre l’auteur au mot. Une première fois d’abord, d’août 2013 à août 2014 : un défi réussi, puisque les 52 textes (voir ici le détail) avaient été publiés chaque semaine et sans retard aucun. Après une petite pause de trois années durant laquelle je suis devenu père – et où quelques nouvelles ont néanmoins vu le jour –, j’ai envie de reprendre la route avec vous. Le projet renaîtra donc le 22 août 2017, date de l’anniversaire de Bradbury, pour une année complète et 52 nouvelles.

En revanche, petite nouveauté par rapport au premier Projet : j’ai décidé de ne pas mettre les textes en vente. Ils seront publiés sur Page42, sous licence Creative Commons BY, pour être ainsi lisibles par tous. Mais vous pouvez tout de même soutenir mon travail sur Tipeee. En échange de quelques euros (qui seront bien dépensés en légumes, couches et albums illustrés), vous recevrez chaque semaine une version au format livre numérique, téléchargeable et partageable librement, ainsi que des versions papier (moins régulières et soumises à mon inspiration) pour les paliers intermédiaires. Les tipeurs ont également tous – sans exception – accès à un dossier en ligne qui contient beaucoup de mes textes, certains même inédits (avec, entre autres, l’intégralité des nouvelles du précédent Projet Bradbury). Si vous voulez donc vous aussi m’aider à continuer mon travail, vous pouvez devenir mon mécène sur Tipeee.

En attendant le 22 août, une petite nouvelle pour patienter : Délicates et fragiles.

« Il faut sans cesse se jeter du haut d’une falaise et se fabriquer des ailes durant la chute », disait Bradbury. À nous de ne pas le faire mentir.

Vous aimez le Projet Bradbury ? À partir de 1€/mois, vous pouvez en devenir mécène et avoir accès à des contreparties exclusives, sans compter la satisfaction de continuer à lire ces textes en sachant que vous y êtes un peu pour quelque chose 🙂