PROJET BRADBURY #2 : ONKALO

Bonjour à tous !

Comme promis, le vendredi est désormais le jour de sortie des nouvelles du Projet Bradbury. Pendant 52 semaines, j’annoncerai la publication d’un nouveau texte sur cette même page. Pour l’instant, je ne m’en sors pas trop mal puisque j’ai réussi à tenir les délais malgré un emploi du temps chargé (je pars aujourd’hui pour un mariage en France où je reste tout le week-end, pas possible donc de travailler autant que je le voudrais, et je ne serai de retour à ma table de travail que mardi).

Je vous présente donc Onkalo, une nouvelle d’environ 60.000 signes située dans un lieu et une époque indistincte. En voici le résumé :

Lorsque le bateau de Nola accoste, l’archéologue sait déjà que le voyage ne sera pas de tout repos : alors qu’on pensait cette terre déserte, stérile et — à l’exception de quelques peuplades reculées — inhabitable, la fonte de la Glace a révélé les traces d’une civilisation antique qui aurait occupé ce territoire des dizaines de milliers d’années plus tôt. Accompagnée de Guil, son guide indigène, et de Moj, une Croyante dont elle se serait bien passée, Nola entame un périple qui la mènera au coeur de l’ancien territoire glacé. Ce qu’elle y découvrira changera à jamais la face du monde.

Je sais que la description est assez… glaciale, mais c’est une nouvelle assez étrange pour moi dans la mesure où je ne peux pas en dire beaucoup plus sans en dévoiler l’intrigue.

onkalo-cover

Ce texte fut aussi l’occasion d’expérimenter un nouveau style d’écriture, beaucoup plus sec, qui s’accorde bien avec le climat polaire qui y règne. Je n’ai pas cherché à modifier mon écriture pour l’adapter au texte, elle s’est adaptée d’elle-même. En fait, j’ai eu l’impression que les lieux, les personnages, l’atmosphère dictaient d’eux-mêmes une certaine manière de raconter l’histoire. Dans ce monde lointain (ou proche) les personnages économisent beaucoup leurs paroles. Leurs dialogues sont essentiellement voués à être utiles pour leurs interlocuteurs. Du coup, je vous préviens, il n’y a pas beaucoup d’humour (voire pas du tout, je crois… c’est peut-être une des rares fois où je ne fais pas une seule petite tentative dans un texte).

Vous l’aurez compris, c’est une histoire qui me tient à coeur par son aspect inédit qu’il m’a permis d’explorer. J’ai aussi aimé passer du temps avec les personnages. En revanche, un phénomène très étrange est apparu au moment de l’écriture : le premier jet est allé très vite et lorsque j’ai posé le point final, j’ai immédiatement pensé que vu l’austérité du langage, les corrections iraient assez vite. Hé bien pas du tout : les relectures et réécritures ont été un véritable calvaire. J’ai notamment dû lutter avec beaucoup de répétitions. Comme les personnages utilisent un vocabulaire volontairement simplifié, très direct, j’ai eu tendance à faire transpirer cette économie dans le reste du texte. Résultat, je me suis laissé hypnotiser par sa rigueur.

J’espère que vous passerez un excellent moment avec Onkalo. Pour ceux qui se demandent d’où vient ce nom étrange, je les invite à regarder le documentaire Into Eternity du réalisateur danois Michael Madsen. Mais attention ! ne le regardez pas avant de lire la nouvelle, sans quoi vous vous gâcheriez la surprise. En revanche, je vous suggère fortement de regarder ce très beau film après votre lecture. C’est saisissant. Et cela m’a évidemment beaucoup inspiré.

On trouve Onkalo chez les revendeurs numériques habituels, à l’exception d’Apple qui met un temps fou à valider les textes. Mais j’ai bon espoir pour les prochaines semaines. En attendant, voici les liens vers Amazon, Kobo et Smashwords. Le prix de 0,99€ n’a pas bougé et la couverture est toujours de Roxane Lecomte.

Vous êtes nombreux à vous être inscrits à la newsletter depuis vendredi dernier et je vous en remercie du fond du coeur. Ce petit mail hebdomadaire vous permet, chaque dimanche, de recevoir directement dans votre boîte de réception un digest de ce qui s’est passé pendant la semaine dans le Projet Bradbury. Vous trouvez le lien d’abonnement juste en-dessous de ce post. N’hésitez pas, ce mail n’a rien d’un spam et ne vous est envoyé qu’une seule fois par semaine.

Excellent week-end à tous !

Neil