Panda Bear Wandering Mind: un peu de kawaï dans un monde de brutes

Pour lire ce livre, pas besoin de savoir lire le chinois: même si Panda Bear Wandering Mind est né de l’autre côté du globe, de l’imagination de l’illustrateur Ping Er, l’histoire est secondaire et ne nécessite pas de diplôme en langues étrangères.

md4085784233Dans Panda Bear Wandering Mind, on suit une sorte de grosse peluche qui se retrouve, bien malgré elle, à faire un voyage en ville, trimballée d’une poubelle à un trottoir d’un coup de pied, récupérée par l’un, puis par l’autre au gré de ses rencontres fortuites… Le livre est quasiment sans paroles, et est une promenade contemplative dans le quotidien urbain de la Chine d’aujourd’hui. Les dessins —splendides — respirent la légèreté, la douceur et distillent une mélancolie étrangement agréable au fil des pages.

Comme le livre est assez difficile à se procurer (rapporté d’un voyage d’études), en voici quelques images afin de vous le faire partager.

2013-04-16_Panda Bear_0244_web

2013-04-16_Panda Bear_0245_web

2013-04-16_Panda Bear_0246_web

2013-04-16_Panda Bear_0248_web

2013-04-16_Panda Bear_0250_web

Si après tout ça, vous n’avez toujours pas envie d’aller caresser un panda, c’est à n’y rien comprendre…

❤️

Si Page42 ne comporte aucune publicité et continue d’être régulièrement mis à jour, c’est grâce à la générosité de ses soutiens. Vous pouvez soutenir Page42, de façon ponctuelle ou mensuelle, via Tipeee, LiberaPay et PayPal. Toutes les contributions, même les plus modestes, sont les bienvenues.

 Vous pouvez également soutenir Page42 en partageant cet article sur vos réseaux sociaux.

Page42 propose un récapitulatif hebdomadaire des meilleurs articles du blog. Inscrivez-vous pour le recevoir. Pas de pub, pas de spam. Promis.