Nouvelle inédite : “KIMA”

Depuis la fin du projet Bradbury, je n’avais pas réécrit de nouvelles. Il faut dire qu’après en avoir rédigé 52, j’avais besoin d’un peu de temps pour me ressourcer (et panser les ampoules sur mes doigts). Mais un mois et demi s’est écoulé depuis — ce qui sur mon échelle de représentation du temps est une éternité — et je me suis vite remis en selle.

Ce texte a été initialement écrit pour l’apprentissage du français en tant que langue étrangère : je me suis donc plié aux exigences du genre, à savoir emploi du présent de l’indicatif à chaque fois qu’il était possible, simplicité de la syntaxe, clarté du vocabulaire. C’était un exercice très intéressant, qui a exigé de la concentration au moment de la rédaction, mais aussi des corrections : il s’agissait de bâtir une histoire tout en se contraignant d’un point de vue stylistique, ce qui n’a pas été une mince affaire.

Pour des raisons de calendrier éditorial, la publication du texte a finalement été repoussée dans le temps : j’ai donc expliqué à l’éditrice que je préférais, s’ils le souhaitaient, réécrire une nouvelle histoire plus tard plutôt que d’attendre plusieurs années pour voir ce texte imprimé, ce qu’elle a très bien compris. En tant qu’auteurs, nous sommes en apprentissage permanent et j’avais peur d’ici là de ne plus assumer un texte écrit plusieurs années en arrière. Ce n’est pas comme si je n’avais pas l’expérience des textes courts maintenant. Considérons cela comme un galop d’essai. Continuer la lecture de « Nouvelle inédite : “KIMA” »

Quand tu y penses, c’est un miracle

Ce matin, j’ai lu cet article sur le blog de Chuck Wendig. Il est en anglais et je vous épargnerai l’obligation de le lire en entier (ce que, si vous êtes anglophone, vous devriez néanmoins faire, parce que c’est poli et qu’il est intéressant, ce qui ne gâche rien). Pour vous en résumer la substance, ça dit à peu près ça.

Vous avez écrit un livre ? C’est très bien. Votre voisine aussi en a écrit un. Le type d’en face en a écrit un aussi. La grand-mère à la caisse du supermarché en a écrit plusieurs. Tout le monde écrit des livres, et c’est très bien. Mais personne — PERSONNE — ne vous doit rien. Personne n’est obligé de lire ce morceau de chair que vous vous êtes arraché à mains nues, que vous avez couché sur le papier dans la sueur et les larmes. En fait, il existe même de grandes probabilités pour que tout le monde s’en foute. Infiniment plus nombreuses en tout cas que le postulat inverse. Bien sûr, il y a toujours quelqu’un que ça va intéresser un minimum, du genre votre petit ami et votre mère, mais le plus souvent ça s’arrêtera ici, merci et bonsoir.  Continuer la lecture de « Quand tu y penses, c’est un miracle »

Auteurs, construisez vos personnages de A à Z

Dans son plus qu’excellent ouvrage Screenwriting 101, le célèbre blogueur FILM CRITIC HULK dévoile bon nombre de petits trucs pour bien construire son scénario et, plus généralement, son histoire, qu’elle soit filmée ou lue. Si certaines de ses recommandations s’appliquent plus volontiers au medium audiovisuel, d’autres en revanche sont valables pour tout type de narration. Je ne saurais trop vous conseiller la lecture de ce petit livre numérique dans lequel vous apprendrez beaucoup (sous ce pseudonyme se cache un scénariste d’Hollywood qui a travaillé sur plusieurs grandes productions et qui a l’habitude de déceler les incohérences dans un script).

L’un des chapitres qui m’a le plus marqué est celui où l’auteur s’attaque à la construction d’un personnage crédible. Le principe d’empathie veut qu’un personnage auquel le public s’attache soit avant toute chose un personnage crédible, qui ne sonne pas creux, et à ce titre il convient de ne pas prendre sa caractérisation à la légère. Ainsi, HULK propose un système d’arbre tout simple, calqué sur une silhouette humaine histoire de bien le mémoriser, une sorte de formulaire à trous dont il suffit de remplir les blancs en se creusant la cervelle. J’ai trouvé ce petit exercice particulièrement stimulant. Le résultat final est une sorte de fiche descriptive à laquelle l’auteur peut se référer à tout moment s’il se sent perdu ou s’il a oublié de quelle manière est censé réagir son personnage à telle ou telle situation. Je trouve cette manière d’organiser les informations de toute première utilité. Continuer la lecture de « Auteurs, construisez vos personnages de A à Z »