Nous sommes les artisans du choix

À une époque où l’humanité sortait de la nuit, nous avons délaissé nos dieux païens pour d’autres dieux nommés science, philosophie, mathématiques.

À une époque où voyager était long et périlleux, on a érigé l’exploration en sommet de l’expérience humaine.

À une époque où les nations se déchiraient et où tout aurait pu disparaître, on a élevé la paix et ses promesses au rang de valeur humaine suprême et universelle.

Aujourd’hui, le voyage est un acquis technique, le savoir est accessible partout et tout le temps jusqu’à nous submerger — pour peu qu’on ait une connexion internet —, et la paix est un héritage, certes fragile. En contrepoint, de nouvelles valeurs font donc leur apparition. Ces valeurs sont éternelles, elles ne disparaissent jamais : elles ne font que revenir à intervalles réguliers.

Contre le savoir objectif, la preuve scientifique, nous invoquons dieu, les fausses informations et la joie de l’ignorance.

Contre le voyage, nous nous replions, fermons nos frontières, luttons contre l’étranger non pas pour ce qu’il est en réalité, mais parce qu’il est simplement un étranger.

Contre la paix, les journaux chantent la menace. Nous craignons les crises comme d’autres craignaient leurs anciens dieux mutiques. Nous vivons dans un état d’urgence permanent.

L’humanité se construit en creux, en miroir : nous sommes des créatures d’opposition. Le schéma se répète en polarités. Mais nous choisissons notre camp.

Nous pourrions imprimer à ce monde froid, parfois distant, une volonté de construction, d’empathie et d’ouverture. Contre la machine dévorante, choisir le sentiment du beau : ni la haine, ni la peur, ni la colère, mais le calme, l’altitude, la joie et la curiosité de l’autre.

Nous choisissons, nous sommes les artisans du choix. Ce que nous faisons, c’est ce que nous sommes. Ce que nous ferons, c’est ce que nous deviendrons. Comprendre que l’humanité réagit en contraires peut nous aider à anticiper les combats à venir.

Source photo : La Boîte Verte

Vous aimez ce que vous trouvez sur Page42 et vous voudriez me donner un coup de main ? Ça tombe bien, Tipeee est là : à partir de 1€/mois, vous pouvez devenir mon/ma mécène et avoir accès à des contreparties exclusives, sans compter la satisfaction de continuer à visiter ce blog en sachant que vous y êtes un peu pour quelque chose. C’est pas chouette, ça ?