Le Projet Bradbury part au Mali

 

Quand Renaud Gaudin, responsable de Jokkolabs Bamako, m’a contacté au sujet du projet Malebooks, j’ai été à la fois étonné qu’il ait entendu parler de mon petit marathon d’écriture et — par dessus tout — immensément flatté : ce n’est pas tous les jours qu’on vous propose de prendre part à une initiative si généreuse et si utile. Autant dire que je ne me suis pas fait prier pour accepter.

Le projet Malebooks utilise le principe du crowfunding pour acheter des liseuses et les envoyer dans des écoles au Mali. Les organisateurs partent d’un constat accablant : le système éducatif dans le pays est en faillite, notamment à cause de l’instabilité géopolitique. L’éducation est laissé en friche et la plupart des élèves quittent la scolarité avant le baccalauréat. Le diplôme n’est d’ailleurs même pas reconnu dans certains pays voisins, même des états plus défavorisés encore.

« Au Mali, un étudiant du supérieur peut obtenir une maitrise en droit sans avoir jamais lu de roman. Pourtant la lecture développe l’ouverture d’esprit, l’écriture, la tolérance, la curiosité, etc. C’est un excellent facteur de développement personnel. »

Quelques images pour illustrer le projet :

L’idée est donc d’envoyer des liseuses bourrées de livres numériques (domaine public, mais aussi auteurs encore vivants désirant participer) et d’en diffuser l’usage là-bas. Vous trouverez toutes les informations sur Malebooks sur le site officiel du projet, et plus spécialement sur la page descriptive de l’initiative.

Je vous invite à suivre leur actualité sur Twitter : @eBooksML et Facebook : Malebooks. Vous pouvez aussi contribuer financièrement (et ce ne sera pas du luxe).

Un grand merci à Malebooks de m’avoir donc invité à participer à un si beau projet !

 

Une réflexion sur « Le Projet Bradbury part au Mali »

Les commentaires sont fermés.