Le conseil de John Green aux aspirants auteurs

John Green est, entre autres choses, l’auteur du livre Nos étoiles contraires, qui l’a récemment fait passer du statut d’auteur reconnu dans le milieu du roman Young Adults à celui de star internationale et multi-traduite. Pourtant (pourquoi me sens-je obligé d’ajouter pourtant ?), le garçon est sympathique et garde les pieds sur terre.

Dans une vidéo postée à l’occasion de son 32ème anniversaire, John Green remercie tout le monde pour les formidables cadeaux et témoignages d’affection qu’il a reçus (en passant, j’ai 33 ans le 22/10, clin d’oeil appuyé). Mieux, puisqu’on lui pose souvent la question, il en profite pour dispenser un petit conseil aux auteurs en devenir. Je n’aurais pas pu mieux dire puisque c’est exactement la façon dont j’envisage ce métier, et comme je ne peux pas mieux dire, je le laisse causer :

Every single day, I get emails from aspiring writers asking my advice about how to become a writer, and here is the only advice I can give: Don’t make stuff because you want to make money — it will never make you enough money. And don’t make stuff because you want to get famous — because you will never feel famous enough. Make gifts for people — and work hard on making those gifts in the hope that those people will notice and like the gifts.

Maybe they will notice how hard you worked, and maybe they won’t — and if they don’t notice, I know it’s frustrating. But, ultimately, that doesn’t change anything — because your responsibility is not to the people you’re making the gift for, but to the gift itself.

Traduction :

Tous les jours, je reçois des messages d’aspirants écrivains qui me demandent mes conseils pour devenir auteur. Voici le seul conseil que je puisse leur donner : ne faites pas quelque chose parce que vous espérez en tirer de l’argent, parce que vous n’en aurez jamais assez. Ne faites rien parce que vous pensez que ça vous rendra célèbre, parce que vous ne vous sentirez jamais assez célèbre. Offrez des cadeaux aux gens, et travaillez dur à fabriquer ces cadeaux en espérant qu’ils vont les remarquer et les aimer.

Peut-être qu’ils verront à quel point vous avez travaillé dur, et peut-être que non. Dans ce cas, je sais que ça peut être frustrant. Mais au final, ça ne change rien : vous êtes responsable uniquement du cadeau, pas des gens.

C’est ce que j’appelle un bon conseil.