Le Harlem Shake parle de notre rapport au Chaos

 

Oui, je me disais bien qu’un titre un peu pompeux comme celui-ci vous attirerait chez moi. Je vous connais si bien.

N’empêche. Ça fait quelques jours que je regarde avec délectation les meilleures vidéos de Harlem Shake postées aux quatre coins du monde. Un phénomène mondial, un « Meme » dont seuls les Internets ont le secret, qui consiste à… faire n’importe quoi sur une musique moitié affligeante, moitié entêtante. Petit rappel en images pour ceux qui auraient tout raté du buzz.

 

Evidemment, le truc fonctionne sur le principe du comique de répétition, à savoir qu’une mauvaise blague n’est pas drôle la première fois, ni la seconde fois, devient vaguement pathétique au bout de la dixième fois, et finit par devenir extrêmement drôle la centième fois.

Mais au-delà du comique de répétition, quelque chose m’a frappé en regardant certaines vidéos, notamment celles où des militaires, des pompiers — des personnes certes promptes à la Grosse Rigolade, mais garantes d’un certain maintien de l’ordre — déhanchent leur corps sur l’odieuse boum-boum-litanie.

 

Le Harlem Shake a selon moi un message caché. Un sous-texte inconscient qui rappelle les Vanités, ces natures mortes grotesques dépeignant la mort sous un jour prosaïque.

En gros, le Harlem Shake   est une manière de montrer au monde entier que sous le vernis fragile du sérieux (de la vanité) se cache l’absurdité du chaos que le Joker, Nietzsche ou Camus n’auraient certainement pas renié. Cette manière de se défouler, de relâcher la pression, raconte que dans un monde où chaque liberté individuelle est circonscrite à outrance, rien n’est finalement prévisible. Les pompiers peuvent devenir fous. Les révolutionnaires égyptiens peuvent manifester en rigolant sous les balles. Tout peut arriver, le pire comme le meilleur. Nous entretenons l’illusion que nous contrôlons tout, alors que nous ne pouvons même pas… nous contrôler nous-mêmes.

En somme, le Harlem Shake est une leçon d’humilité face au sérieux ambiant.

Harlem Shake sous la neige, Université Paris 8 St Denis
Harlem Shake sous la neige, Université Paris 8 St Denis