Je me sentis envahi par une grande détresse

« Je me sentis envahi par une grande détresse. Je me voyais, pèlerin harassé, cheminant à travers les contrées désertiques de l’au-delà, chargé de tous les livres inutiles dont j’étais l’auteur, de tous mes essais, de tous mes articles de journaux et suivi par l’armée des typographes qui avaient dû travailler pour moi, par l’armée des lecteurs qui avaient dû lire tous ces écrits. Mon Dieu ! Et à cela venait s’ajouter Adam mangeant la pomme, puis l’histoire du péché originel. Il fallait donc expier toutes ces fautes dans un purgatoire éternel. Plus tard seulement, on se demanderait si mes productions recelaient une dimension personnelle, spécifique, ou bien si toute mon activité avec ses conséquences s’apparentait uniquement à l’écume inconsistante qui flottait à la surface de la mer, à un jeu sans signification, perdu dans le flot continu des événements. Mozart éclata d’un rire sonore en voyant mon visage s’allonger. Il riait tellement qu’il s’éleva dans les airs en faisant des entrechats. Il me lança alors :

« Eh, mon petit ; tu te mords les doigts, tu te fais du mouron ? Tu penses à tes lecteurs, à ces crapules, à ces pauvres gloutons ? Tu penses à tes typographes, à ces hérétiques, à ces maudits provocateurs, à ces affûteurs de sabres ? Espèce de monstre ; mais c’est à se tordre de rire ; c’est à hurler, à tomber, à faire dans son pantalon ! Oh, toi le cœur fervent, avec tes doigts tachés d’encre d’imprimerie et tes souffrances infinies, je t’allume un cierge, juste pour rire. Sans hésiter tu as bavardé, plaisanté, tapé du pied, joué, fait l’amusé. Adieu ! Que le Diable t’emporte ! Tu seras rossé et étrillé pour avoir écrit tant d’inepties, que tu as toutes plagiées, sans l’avoir dit. »

Le loup des steppes, Hermann Hesse

Vous aimez ce que vous trouvez sur Page42 et vous voudriez me donner un coup de main ? Ça tombe bien, Tipeee est là : à partir de 1€/mois, vous pouvez devenir mon/ma mécène et avoir accès à des contreparties exclusives, sans compter la satisfaction de continuer à visiter ce blog en sachant que vous y êtes un peu pour quelque chose. C’est pas chouette, ça ?

Une réflexion sur « Je me sentis envahi par une grande détresse »

  1. Un des plus grand écrivain du XXième siècle! Lire aussi Narcisse & Goldmund, son chef d’œuvre.

    Sinon pour l’anecdocte: vous connaissez tous « Born to be wild » ? Devinez d’où le groupe a tirer son nom…

Les commentaires sont fermés.