Gobbledygook, épisode 7 : Les morts savent vivre

Après quelques semaines supplémentaires d’attente, la faute aux fêtes de fin d’année, à des enfants malades et/ou surexcités en fonction du moment, à une flemme parfois astronomique et à d’autres raisons plus ou moins occultes impliquant des exorcismes, un démon amateur de crevettes et un combat impliquant les forces du Bien et du Mal, le voici enfin, le nouvel épisode de Gobbledygook. C’est le numéro 7, et il fait plus de 30 minutes, donc accrochez-vous. J’espère qu’il vous plaira. Vous pouvez l’écouter juste en-dessous, et sinon dans les prochaines heures sur iTunes et YouTube. Continuer la lecture de « Gobbledygook, épisode 7 : Les morts savent vivre »

Ce qu’un plongeon de 10 mètres peut nous apprendre sur la façon dont on raconte une histoire et dont on traite un personnage

Cette vidéo circule sur les réseaux sociaux depuis quelques heures et j’ai profité du déjeuner pour la visionner. Tous ceux qui l’ont partagée la qualifiaient de fascinante, et ils avaient raison : cette vidéo est fascinante à plus d’un titre. Mieux, elle vous prend littéralement aux tripes. Il s’agit de filmer les réactions de plongeurs amateurs sur le point de sauter d’un promontoire de 10 mètres. La voici :

Continuer la lecture de « Ce qu’un plongeon de 10 mètres peut nous apprendre sur la façon dont on raconte une histoire et dont on traite un personnage »

La vraie raison pour laquelle personne ne veut publier ton roman

Les manuscrits proposés chaque année aux différents comités de lecture des maisons d’édition sont si nombreux que si on les réunissait en un seul endroit, on couvrirait de papier la surface d’une planète équivalente à Saturne. Non, je schématise, cette comparaison n’a aucun fondement scientifique. En revanche, ils pèseraient l’équivalent des population de l’Inde et de la Chine réunies. Non, je rigole, ça non plus ce n’est pas avéré. N’empêche qu’on n’a jamais autant produit de romans de toute l’histoire de l’humanité et que tout le monde est bien emmerdé, à commencer par les auteurs des manuscrits en question qui galèrent de plus en plus à voir leurs écrits publiés, et par les maisons d’édition qui n’en peuvent plus de déblayer chaque matin l’entrée de leur bureau au chasse-neige — commodément transformé façon Agence Tous Risques en chasse-papier. Ils ont beau en publier de plus en plus, les tables et les murs des libraires ne sont pas extensibles et la Fnac va bientôt devoir louer des barnums pour exposer toute la production littéraire (bonjour la facture de chauffage en hiver). En somme, c’est pas la joie.

D’aucuns le savent, je ne suis pas qu’un auteur : il m’arrive d’éditer des confrères, et cette activité de marchand de culture me permet d’aborder ici un sujet délicat : pourquoi est-ce que personne ne veut de ton foutu roman ? Continuer la lecture de « La vraie raison pour laquelle personne ne veut publier ton roman »

Publier sur internet ou trouver un éditeur, pourquoi choisir ? (le paradoxe de l’auteur connecté)

Les auteurs et autrices qui décident de publier leur travail — tout ou en partie — sur internet, que ce soit par l’intermédiaire des réseaux sociaux ou via leur site personnel — se trouvent souvent confronté·e·s à un dilemme cornélien : en publiant sur le web, gâche-t-on ses chances de trouver un éditeur pour ses romans, pour ses illustrations, pour ses bandes dessinées ?  Continuer la lecture de « Publier sur internet ou trouver un éditeur, pourquoi choisir ? (le paradoxe de l’auteur connecté) »

C’est quoi, un personnage de fiction ?

Je lisais hier un article au sujet du manque de drama des séries françaises, trop enlisées dans l’action pour se préoccuper des personnages qui la peuplent. Prenant l’exemple de la série Angela, 15 ans (My So-Called Life en VO) et d’Urgences, on constate qu’au final, dans certains contextes narratifs particuliers, l’histoire en elle-même n’est pas nécessairemenr responsable du phénomène d’addiction à la série : nous aimons juste ses personnages. Nous voulons en savoir plus sur eux, les voir évoluer, échouer, aimer, comme des amis.

C’est quelque chose que l’on dit en dramaturgie : « L’histoire, c’est ce qui arrive aux personnages. » Mais c’est quoi, un personnage ? Continuer la lecture de « C’est quoi, un personnage de fiction ? »