Le temps de l’écrivain : s’organiser pour écrire malgré le monde

Ma vie d’écrivain a changé le jour où sont nés mes deux enfants. Avant cela j’avais été salarié, je savais donc ce que c’était d’avoir des obligations de planning, des temps où l’écriture n’était pas possible, mais je parvenais malgré tout à ménager des plages de temps suffisantes pour ne pas impacter mon travail de création (jours de repos, matinées, soirées, week-end, etc). Avec les enfants, j’ai découvert ce que c’était que l’incertitude du temps d’écrire. Ne pas être certain de pouvoir écrire aujourd’hui, et même si on parvient à dégager une heure ou deux, tout simplement ne pas en avoir la force. Parce qu’il y a temps et temps. Continuer la lecture de « Le temps de l’écrivain : s’organiser pour écrire malgré le monde »

Le moteur qui fait avancer nos personnages de fiction : décryptage des « enjeux »

On définit souvent une histoire comme une chronologie, c’est-à-dire comme une progression temporelle. Durant le temps T de la narration, se déroulent des événements, qui par liens de causalité déclenchent eux-mêmes d’autres événements. Cet implacable mécanisme des causes et des conséquences tire les personnages à travers le temps de l’histoire et les rapproche du dénouement.

Mais la chronologie des évènements ne permet pas à elle-seule de capturer ce qui fait l’essence d’une histoire. Pour y parvenir, nous devons aussi la considérer sous l’angle du déplacement. Une histoire oblige un personnage à entamer un trajet. La narration devient alors une géographie. Continuer la lecture de « Le moteur qui fait avancer nos personnages de fiction : décryptage des « enjeux » »

Auteurs en colère : portons le combat d’une société plus juste !

On juge une société à la manière dont elle traite les plus faibles : étrangers, enfants, personnes âgées, racisés, chômeurs et précaires, handicapés… et bien entendu, artistes.

En fonction de la définition qu’on leur donne, les artistes sont une espèce à la fois florissante et en danger d’extinction. D’un côté, on n’a jamais autant écrit, composé, filmé, photographié qu’aujourd’hui : nous sommes toutes et tous devenu·e·s des artistes à notre manière. Mais de l’autre, les artistes qui souhaitent se professionnaliser rencontrent des difficultés grandissantes. Au point qu’il devient désormais très compliqué de survivre si l’on souhaite se consacrer à la création à plein temps. Continuer la lecture de « Auteurs en colère : portons le combat d’une société plus juste ! »

Ozmocorp : pourquoi (et comment) j’ouvre ma propre boutique de livres en ligne

Ça faisait un moment que l’idée me chatouillait. Je cherchais le bon concept, le bon format, et puis aussi quelque chose dont chaque aspect me plaise, me motive, me pousse à avancer et à inventer. À y réfléchir, je réalise que mon parcours d’auteur suit de près le chemin de mes passions : j’aime raconter des histoires, bien sûr, mais j’aime aussi fabriquer des livres de mes propres mains, choisir le papier, créer les couvertures et les reliures, etc… Alors pourquoi ne pas combiner tout cela en une seule et même activité ? Pourquoi cantonner la fabrication à un passe-temps, ou à une activité annexe ?

Continuer la lecture de « Ozmocorp : pourquoi (et comment) j’ouvre ma propre boutique de livres en ligne »

Auto-édition : arrêtons de nous tirer dans les pattes !

Prenez un article sur l’auto-édition au hasard, de préférence écrit par un auteur ou une autrice auto-édité·e. Il y a de bonnes chances pour que ledit article soit critique à l’égard de quelque chose. Évidemment, critiquer c’est faire preuve de recul : en soi, ce n’est pas une mauvaise chose. Mais là où ça se gâte, c’est que l’article en question est souvent critique à l’égard des autres membres de la communauté ; à savoir les autres auteurs·trices (rarement soi, faut pas déconner non plus). Continuer la lecture de « Auto-édition : arrêtons de nous tirer dans les pattes ! »