Comment se débarrasser efficacement de ses enfants : Edward Gorey et son abécédaire des gamins trucidés

Les parents le savent : rien de mieux pour apprendre l’alphabet à sa progéniture qu’un abécédaire. Mais The Gashlycrumb Tinies d’Edward Gorey (1925-2000) n’est pas nécessairement à mettre entre les mains les plus innocentes : au mieux se révèlera-t-il être un bon plaisir cathartique pour les pères et les mères à bout de nerf.

Traduit en français par les excellentes éditions du Tripode sous le titre « Les Enfants fichus », il est un bon révélateur des obsessions de son auteur, qui confessait volontiers :

En y réfléchissant, j’ai assassiné des enfants dans mes livres pendant des années.

L’ouvrage se présente donc sous la forme d’un abécédaire qui, s’il n’était pas si macabre, respirerait bon la légèreté et la poésie. Il ressemble en réalité davantage à un mode d’emploi de l’homicide infantile, ou pire, à une succession d’idées peut-être pas toutes à essayer.

Prenez par exemple Desmond, que ses parents ont eu la bonne idée d’emmener aux sports d’hiver. Si la neige laisse des traces, celles-ci sont vite effacées. Dans ce cas, pourquoi se priver d’une petite pichenette…

 « D pour Desmond, qu’on a jeté d’un traîneau »

Tous les enfants ou presque adorent les trains : ces charmants bambins leur voueraient presque un culte. Une bonne raison de s’approcher des rails, pour mieux les contempler.

 « V pour Victor, écrabouillé sous un train »

Les accidents ménagers tuent chaque année des centaines d’enfants. Si l’on ne répètera jamais assez aux parents de faire attention à l’endroit où ils rangent leurs produits dangereux, il peut arriver dans certains cas que l’étourderie soit volontaire.

 « J pour James, qui a bu de la lessive par erreur »

Parfois, il n’y a même pas besoin de pousser le destin : certains bambins sont suffisamment idiots pour s’occuper seuls de leur sort.

 « G pour George, étouffé sous un tapis »

 « E pour Ernest, qui s’est étouffé avec une pêche »

Mais à titre personnel, Neville restera mon préféré (je me reconnais bien en lui).

 « N pour Neville, qui mourut d’ennui »

On peut retrouver tous ces petits « enfants émiettés », et bien d’autres, dans le livre The Gashlycrumb Tinies d’Edward Gorey, disponible en anglais chez Harcourt Brace et en français aux éditions du Tripode. Il va sans dire que l’éditeur et l’auteur ne pourraient être tenus responsables des idées qui naîtraient de cette sulfureuse lecture.

❤️

C’est grâce à la générosité de ses soutiens que Page42 ne comporte aucune publicité et continue d’être régulièrement mis à jour. Vous pouvez soutenir Page42 de façon ponctuelle ou mensuelle via Tipeee. Toutes les contributions sont les bienvenues.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à en faire profiter vos ami·e·s et à le partager sur vos réseaux sociaux.

Photos d’illustration : Page42 (CC BY-SA)