134

À mesure que vous montez, la lumière décroit et décroit, si bien que vous passez d’une pénombre relativement gérable à une obscurité quasi totale en arrivant en haut de ce petit escalier. C’est bien votre veine ! Qui sait ce qui se cache à cet étage, et ce n’est certainement pas en restant dans le noir que vous allez trouver votre livre. La pièce dans laquelle vous venez d’arriver doit être immense, si vous en jugez à l’écho que produisent vos pas sur un plancher visiblement antique et vermoulu. Comme quoi tout n’est pas forcément fait de livres, ici.

Prenant votre courage à deux mains, vous faites un pas, puis deux. Ce n’est pas un peu d’obscurité qui va vous arrêter, non ? Au troisième pas, votre nez s’écrase contre un mur de couvertures en cuir. Hurlant votre douleur quelques secondes, juste le temps de décompresser, il vous semble entendre un rire au loin, sur votre gauche. Quelle mauvaise farce ! Bien. Maintenant que vous êtes au pied du mur – difficile de prendre davantage l’expression à la lettre –, il va falloir choisir une direction pour poursuivre votre chemin. Alors?