Alep, l’horreur et l’appel du rien


On se sent paralysés par l’horreur car on a le sentiment de ne « rien pouvoir faire à notre niveau ». Et on a raison. On ne peut rien faire à notre niveau. À force de vanter la puissance de l’individu, nous avons perdu de vue le pouvoir du tous ensemble et oublié la manière dont il peut être organisé. On doit tout réapprendre.
PS : Internet nous a habitués à l’immédiateté. Mais faire, c’est long. Cela demande énergie, concentration et implication. Le contraire de ce dont nous sommes capables aujourd’hui. Un statut Facebook n’a jamais résolu aucun conflit jusqu’à présent. Ce qui est important demande du temps. Malheureusement, les innocents meurent vite.

Islamic Cemetery, Alep (Syrie) - Photographe : Dr. Meierhofer - Octobre 1993

Vous aimez ce que vous trouvez sur Page42 et vous voudriez me donner un coup de main ? Ça tombe bien, Tipeee est là : à partir de 1€/mois, vous pouvez devenir mécène du site et avoir accès à des contreparties exclusives, sans compter la satisfaction de continuer à visiter ce blog en sachant que vous y êtes un peu pour quelque chose. C’est pas chouette, ça ?